Le bâtiment de l'école: le vieux palais Fernández de Córdova

Majestueuse demeure d’origine gothique construite en 1865 sur un terrain très accidenté où se trouvait probablement l’ancienne maison abbatiale de Saint-Nicolas.

Le bâtiment est situé sur la principale voie d'accès à l'ancienne ville romaine qui, après la reconquête, servit de quartier à la noblesse. Son aspect extérieur actuel, d'un caractère académique marqué, est dû aux travaux de l'architecte Salvador Monmeneu Escrig.

La façade en plâtre crêpé a une base en pierre et comprend un rez-de-chaussée et deux étages supérieurs réunis par une énorme rangée de pilastres classiques dans les pans de murs. Le rez-de-chaussée se distingue en se distinguant des autres par sa hauteur plus grande et par les frontons qui se dressent au-dessus des ouvertures de ses fenêtres.

Le bâtiment contient des vestiges d'époques antérieures: des arcs trilobés, des plafonds à caissons polychromes du XIIe siècle et, surtout, une partie du mur arabe avec la tour où se trouvait la porte du Serpent (Bab al-Hannax).

(Texte adapté d'un extrait du "Guide architectural de Valence" (CTAV 2007)

On dit que dans cette maison a vécu comme un jeune étudiant, Alfonso de Borja, le futur pape Callixtus III. Il est né en 1378, raison pour laquelle, pour que le futur pape ait vécu dans cette maison, son antiquité doit remonter encore plus loin.

 

It is said that in this house lived as a young student, Alfonso de Borja, the future Pope Callixtus III. He was born in 1378, for which reason, for the future Pope to have lived in this house, its antiquity must date back even more.

L'école comporte 4 zones différentes, chacune avec un caractère particulier lié à un fragment de notre histoire que nous y retrouverons.

 

1.- Hanax

Bab Al Hanax Porte du Serpent (Porte du quartier maure) 11ème siècle

C'était à l'époque l'entrée occidentale de la ville, l'une des sept portes du mur arabe construite après la chute du califat de Cordoue sous le règne d'Abd al-Aziz ibn Amir (1062-1061) afin de protéger les habitants. Et ceux qui arrivent à Balansiya, la Valence de l’ère musulmane.

Abd al-Aziz ibn Amir fut le premier souverain de l'histoire de Valence, nommé à l'âge de 15 ans. Les 40 ans de son gouvernement connurent une des périodes les plus calmes et les plus prospères de son histoire. Les murs et les tours entouraient un réseau de maisons enchevêtrées, typiquement musulmanes, avec un labyrinthe de rues, ruelles, places, étals de marché, avec sa forteresse ou palais royal et la principale mosquée, où les nouvelles les plus importantes étaient données à la population.

Après la conquête de la ville par le roi Jaime I (le 9 octobre 1238), les chrétiens repeuplèrent la ville et les musulmans furent expulsés, mais ils furent autorisés à s'installer hors du mur. Les musulmans qui ont choisi de rester à Valence ont installé le quartier maure de la ville (connu sous le nom de 'La Morería), juste de l'autre côté de la porte Bab Al-Hanax. Le roi a permis aux musulmans qui y vivaient de conserver leurs coutumes et leur religion.

Extraits de 'Valencia musulmane' de Vicente Coscollá.

 

2.- Muralla

Le mur arabe à Valence 11ème siècle

Il s’agirait de la construction défensive la plus parfaite de toute l’Espagne musulmane (Al-Andalus).

Les musulmans conquirent la ville de Valence en 714. Après la chute du califat de Cordoue au début du XIe siècle, Valence devint la capitale d'un «taifa» (royaume situé sur le territoire musulman). Cela a conduit à une nouvelle phase de construction au cours de laquelle l'augmentation de la population et les attaques des Berbères d'Afrique du Nord ont nécessité à la fois l'expansion de la ville et la construction d'un mur de défense. Abd al-Aziz, premier roi du 'taifa´, qui commença son règne en 1021, alors qu'il n'avait que 15 ans, construisit un nouveau mur dans le but de protéger la population et d'accueillir ceux qui venaient d'autres lieux.

Ce mur, construit entre 1021 et 1061, était un exemple de perfection architecturale et avait sept portes. Elle était en ciment et dotée de tours semi-circulaires jusqu’au dernier étage où elle s’ouvrait dans une pièce fermée. La largeur moyenne était de 2,25 mètres et les tours étaient espacées d'environ 26 mètres.

Selon l'écrivain Al-Udri (Almería 1003-Valencia 1085), cela aurait été un exemple parfait de l'architecture et de l'ingénierie militaires au sein d'Al-Andalus: "... dans tout l'Andalus, plus parfait et plus beau les murs autour d'une ville sont inconnus ".

 

3.- Patio

Le patio

Pour les musulmans, le jardin était un espace privé, fermé aux regards de l'extérieur et propice à la contemplation. Il donnait à la lumière naturelle, à la fraîcheur et à la verdure, ainsi qu’aux éléments décoratifs, des plantes, des arbres fruitiers et de l’eau. Une atmosphère de calme et d'intimité est évoquée par le patio Hispano-Musulman.

 

4.-Tossal

Tossal: "Une élévation du sol ni trop haute ni avec une pente trop raide". Depuis ses origines jusqu'au Moyen Âge, une deuxième branche de la rivière Turia entourait la ville. La Plaza del Tossal gisait au-dessus des autres rues avoisinantes et on en a eu recours en construisant une digue pour empêcher l'eau de couler lorsque ce tronçon du Turia débordait.

Sous la place animée del Tossal se trouve une crypte archéologique où il est possible d'observer une partie du mur islamique érigé au 12ème siècle, l'un des témoignages les mieux conservés de la ville islamique de Balansiya (Valence).